Les cheveux en quatre

Publié le par véronique

La femme (et l’homme aussi d’ailleurs) a parfois besoin que son ramage et son plumage soient de beauté égale et pour cela elle s’en va gaiement, à intervalle régulier, shopper des vêtements ou chez le coiffeur.

 

Samedi, c’est chez le coiffeur que je m’en suis allée. Un salon de coiffure chic et sobre. Lignes épurées, du chrome, du blanc, une touche de jaune orangée pour réchauffer un peu l’ambiance. Le genre de salon où l’on vous apporte une tasse de café en même temps que Elle et Paris Match. Le genre de salon où la coloriste arrive discrètement derrière vous et susurre à votre oreille « qu’est ce que je peux faire pour vous ? ».

 

Ce jour là, j’ai envie qu’on me demande le secret de mon nouvel éclat et à qui sont ces beaux yeux là. Alors, j’hésite entre un balayage californien et un wet color. La dame en blouse blanche oscule mes cheveux et me lance un coup d’œil qui n’est pas sans me rappeler le regard de l’oiseau qui s’est récemment trouvé piégé dans ma cuisine. Je crains un instant qu’elle n’annonce bruyamment que j’ai des poux. Il n’en est rien. Elle a trouvé des cheveux blancs.

 

Je baisse la voix pour lui faire remarquer que je n’en ai vraiment pas beaucoup et qu’ils ne se voient pas. Elle insiste. Pour la faire taire, je suis prête à tout. J’accepte sa proposition, ce sera coloration légère, wet color et bain végétal. Ce sera naturel, chic et sobre. Ma carte bleue a l’intuition de se qui va lui arriver et frétille bien au chaud dans mon sac.

 

Pendant les deux heures suivantes on joue du pinceau, de la brossette, du ciseau et du séchoir au dessus de ma tête. Pendant deux heures, je sirote du café et me gave d’informations sur les derniers mariages en Europe, les hauts et bas de Brad et Angelina et autres rebondissements dans la vie de Ségolène.

 

Alors madame vous êtes contente ? Alors, je suis contente. C’est naturel, chic et sobre. Merci, ça vous fera 137 euros 50. Et oui, quand même ! A ce stade, les yeux d’oiseau pris au piège c’est moi qui en ai le monopole.

 

Maintenant et pour les trois prochaines semaines, mes cheveux sont naturels chics et sobres. Tellement, que personne n’a remarqué que ma chevelure avaient été poupounés deux heures durant avant d’être légèrement coupée ! Tellement que la disparition des mes trois filaments gris est passée totalement inaperçue.


 

Publié dans Mais pas seulement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article