Valery Giscard d'Estaing, la Princesse et le Président

Publié le par véronique

Epouser un mannequin chanteur c’est bien, avoir une « secret love affair » avec une vraie princesse qui porte des diadèmes et tout et tout c’est mieux.

 

Dans un livre choc annoncé en avant première mondiale par le Figaro, Valéry Giscard d’Estaing renonce définitivement à la poussérieuse technocratie parisienne et aux mines grisâtres des eurodéputés pour embrasser le rose bonbon. Dans un livre qui s'intitule mystérieusement "la Princesse et le Président", il raconte les amours flamboyantes d’une princesse aux yeux gris bleus et d’un sémillant Président de la République de France.

 

Résumons le pitch de l’œuvre.

 

1 Il était une fois une princesse très belle, très gentille et un peu plus portée sur la gaudriole que ne l'étaient les princesses de mon enfance. La princesse était malheureuse car son mari s’en allait depuis fort longtemps chevaucher une très méchante (et très laide) maîtresse. L’entrain qu’il mettait à contenter la dame était bien contrariant. Comme la gentille Princesse était d’un naturel optimiste, elle pleurait seule dans le huis clos de sa chambre à coucher, et poursuivait vaillamment sa mission suprême qui était d’aider les enfants qui avaient le sida.

 

2 La gentille Princesse s’appelait Pat de Cardiff (on ne fera pas de commentaire sur ce choix de prénom un peu hasardeux). Elle habitait le Pays de Galle, et faisait régulièrement la une des médias britanniques (car l’histoire se situe à l’ère médiatique, donc bien longtemps après la naissance de Blanche Neige).

 

3 Un jour, un homme dénommé Jacques-Henri Lambertye et Président de la République de France de son état, croisa la Princesse et l’embrassa. La Princesse lui lança alors un regard d’aimable curiosité, puis le suivit dans son chateau. Là la main du Président posa le pied sur la Princesse et s’en suivit une histoire faite d’amour, de chair et de sang.

 

4 Le livre débute par cette épigraphe fort mystérieuse: « promesse tenue ».

 

Fort de ces éléments troublants, des hypothèses ont été formulées quant à la vraie identité de Lady Pat et du Président Lambertye. Laure Manaudou et le Prince de Norvège ? Ségolène Royal et Vladimir Poutine ? Martine Aubry et Brad Pitt?

Il semble également qu'un message se cache derrière cette histoire d'amour. Est-ce une ode aux amours sincères mais interdites entre les eurosceptiques et les pro-européens ? Un appel au retour à la monarchie en France ? Une demande pour la pénalisation du cocufiage ? Les paris sont lancés.

 

Quoi qu’il en soit, on attend avec une impatience grandissante les mémoires de Jacques Chirac. Peut être y trouvera-t-on quelques anecdotes sur un Président qui faisait semblant de manger des pommes lorqu'il rencontra une riche américaine très belle et très célèbre, dont le premier mari était aussi un Président et dont le second mari était grec et fort petit en taille.

Publié dans Mais pas seulement

Commenter cet article