Facebook est un gros buzz…faites passer

Publié le par véronique

facebook L'image vient de Flickr ici 

 

 

Ce n’est pas un scoop je vous l’accorde.

 

On l’a traité de phénomène de mode. On a prédit son déclin imminent. Et finalement on lui dit : respect ! C’est vrai que 350 millions d’utilisateurs ça pose son réseau social tout de même.

 

Qu’on le veuille ou non, Facebook est là. Partout. Tout le temps.

 

J’allume mon ordinateur, ma boite mail m’informe que Nathalie veut être mon amie. Je vais lire la presse en ligne, les nouveaux paramètres de confidentialité du réseau sont à la une. Même mon iphone me propose d’installer sa version mobile !

 

Mais Facebook ne se cantonne pas à la vie virtuelle. De plus en plus, Facebook sort des écrans et fait des incursions dans la vraie vie. Ces derniers mois en offrent plusieurs exemples.

 

FB a inventé le mot de l’année 2009

Là où bravitude a échoué, unfriend a réussi brillamment. Inventé par les utilisateurs facebook, « unfriend » a fait une entrée fracassante dans le monde des vrais mots. Sacré « mot de l’année » 2009 par le New Oxford American Dictionnary, unfriend (comme vous le savez sauf si vous êtes extraterrestre) est un verbe qui décrit l’action de retirer quelqu’un de sa liste d’amis d’un réseau social tel que Facebook.

 

Et pour ceux qui, le clic en l’air, se demandent si Pierre mérite la terrible sanction. Ce site liste 8 raisons valables pour envoyer ses amis facebook dans des oubliettes du 2.0. On y apprend notamment que « ne pas les connaître » ou « ne plus les aimer » sont des raisons parfaitement recevable pour appuyer sur « unfriend ».

 

Amis à vendre

« Celui-là ?....c’est pas un ami pour toi ! ». Paroles de parents un peu trop envahissants ? Non parole de comité d’éthique judiciaire de Floride qui considère que les amitiés facebookiennes entre juges et avocats sont susceptibles de faire douter de l’impartialité d’un juge, de donner l’impression que ses « amis » avocats peuvent influencer ses décisions.

 

Mais cette interdiction de FB-amitiés reste anecdotique, l’objectif FB reste bien d'avoir le plus d'amis possibles. Car, comme l’explique un manuel d’aide en ligne « si vous avez 4 ou 5 amis, vous aurez bêtement moins d'importance qu'un membre qui en a 250 ».

 

Et même si malgré beaucoup d’efforts vous ne dépassez pas la barre des 100 (ce qui craint vraiment si votre mur est du genre kikoo lol), pas de panique. Vous pouvez vous acheter des amis. C’est pas cher au kilo…123 euros les 1000 ! En plus c’est bientôt les soldes ! C’est sur ce  site australien qui vend aussi des followers twitter !

 

T’ar ta gueule

Derrière un écran, quoi de plus facile que de dégainer ! Ecrire des choses qu’on ne se permettrait pas de dire dans une vraie discussion.  Facebook offre de formidables perspectives pour laisser libre court à sa férocité. On peut y créer en 1 clic un groupe tel que « le groupe de ceux qui trouvent que Paul est con, moche…et surtout con ».

 

Il vient quand même d’être rappelé à de jeunes écoliers qui avaient crées le groupe « Pour tous ceux qui veulent que Mme xxx se barre » (Mme xxx étant leur prof d’anglais), qu’on ne peut pas tout écrire, de la même manière qu’on ne peut pas toujours dire aux autres ce qu’on pense d’eux (même si parfois c’est vraiment dommage !). Mme xxx vient en effet de porter plainte pour insultes, contre trois de ses élèves.

 

Pour vivre heureux, vivons cachés !

L’actualité de ces dernières semaines est riche en faits divers mettant en scène des utilisateurs piégés par leur propre page personnelle. Qui n’a pas entendu parler de cette québécquoise en congés maladie pour dépression, qui se serait vue suspendre ses allocations, son assureur ayant observé des photos d’elles souriantes sur FB.

 

Brrrr, de quoi vérifier un par un ses 450 « friends » afin d’être certain que parmi eux ne se cache pas un agent secret à la solde d’un ennemi occulte ! D’autant que dans l’administration française et notamment à Bercy, on indique s’intéresser aux «expériences conduites à l'étranger » sur le sujet. Même son de cloche du côté des chasseurs de tête dont beaucoup avouent fouiller les profils des candidats ?

 

Allez c’est décidé. Aujourd’hui, mon statut facebook c’est  « pour vivre heureux, vivons cachés » !

 

Publié dans Mais pas seulement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

zoé 29/12/2009 17:39


Moi facebook j'aime bien. Merci pour cet article rigolot


Jane 29/12/2009 06:02


Moi je trouve que facebook c'est du gros niaisage. C'est pour ça que j'ai supprimer mon compte récemment.