Maman se met au bio total

Publié le par véronique

Ce n’est un secret pour personne le bio c’est branché. Et comme c’est branché, c’est partout. Dans l’assiette, dans le coton des t shirts, dans la garniture des doudous pour bébé et même dans l’assiette du chien.


Depuis quelques temps déjà Maman, toujours à la pointe de la fashion, s’est laissée entrainer dans cette tendance ethico-organique en achetant de plus en plus régulièrement des produits « issus du commerce équitable », autres pains multicérales au levain ancien, et petites fioles d’huiles rares (et chères) qui font la salade pleine d’omega 3.


Mais ce n’est pas seulement le côté panurgesque de maman qui l’incite désormais à fréquenter une épicerie bio.


Le coup de grâce est arrivé avec la lecture de ‘anti cancer’ de David Serban-Schreiber. J’ai commencé à feuilleter ce best seller debout avec moult à priori négatifs car l’auteur était pour moi associé à pas mal de controverses. Puis je me suis assise, puis je l’ai lu ce livre avec attention, puis je l’ai même acheté pour le relire chez moi !


L’auteur propose différentes pistes pour avoir un esprit sain dans un corps sain et analyse de manière fort convaincante (et documentée) comment ce que nous mangeons peut favoriser le développement de cancers et autres maladies ou au contraire limiter les risques.


Ce livre a été la goutte d’eau qui a révolutionné ma danse du caddie et m’a conduite à partir à l’assaut de nouveaux étalages...bio!


Dans le magasin bio de Maman, il y a deux grands types de clients. La première catégorie est constituée de ceux que les journaux appellent les décroissants. Le décroissant ne se reconnait pas nécessairement à un petit air Larzac pas bien propre. Il se reconnait à son panier. Il est vide ou presque. De la chicorée en guise de thé ou café, un peu de savon de Marseille et roule ma poule ou plutôt marche ma poule car notre client est venu pedibus. La deuxième catégorie c’est le bobo. On le présente plus, il est plutôt genre 4*4 (les velib ne sont pas arrivés là où Maman habite) et son caddie à lui est bien rempli. Biscuits bio, chocolat bio, barres de céréales bio, glace à la fraise bio…heureusement qu’il est là pour faire tourner la boutique.


L’ambiance est studieuse. Chacun fait ses courses avec minutie, décortique les étiquettes, se plonge dans une liste de courses établie par un gourou des enzymes. Une cliente prend l’air inspiré pour demander à la conseillère habillée en blouse chirurgicale un petit topo sur les qualités nutritionnelles du sorgho. Les rayons ont un air exotique: lentilles multicolores, graines à germer, algues en tout genre et céréales d’autrefois. Les fruits et légumes sont plus petits que dans mon supermarché classique et ont quelques défauts (mais pas trop) ce qui atteste de leur origine biologique, sans décourager le client.


Certes, le passage au total bio ne se fait pas sans une certaine élévation du prix du « panier de la ménagère ». Mais soigner sa couvée et avoir l’impression qu’on participe au sauvetage de la planète ça permet de se donner bonne conscience pour partir en vacance au soleil...ben c'est vrai quoi, la Martinique à noël ça fait rêver!
 

Publié dans Maman mamise

Commenter cet article

Canada 411 09/06/2010 08:06


Nous devrons esseyer de faire comme toi


la belle bleue 17/03/2010 01:25


Ah oui, halte aux oeufs de poules torturées (les poules de batterie) !


celine 26/11/2009 22:13


J'oubliais un essentiel : oeufs de poules élevées en plein air bien sur et pour le poulet, idem, tant pis pour le prix un peu plus cher, cela reste moins couteux que la viande et avec les oeufs, on
peut tout faire ou presque ...


celine 26/11/2009 22:07


Je me suis mise au bio et à l'équitable, il y a de cela 6 ans. Je n'étais déjà pas grande consommatrice de viande et j'ai rencontré mon homme végétarien à l'époque et une amie végétarienne, très
bio, huiles essentielles, etc.
La première fois que j'ai mangé chez elle, j'ai fait wahouh, je me suis régalée avec de la protéine de soja et des lentilles corail. Il ne m'en a pas fallu plus pour m'y interresser, j'ai
maintenant quelques bouquins bio et végétariens, je fais des sushis, des nems et mon homme fait des pates au cumin, ail, petoncle et crevette à se damner (rajouter du chèvre, c'est encore
meilleur). Le magasin bio, j'y vais une fois par mois ou tous les deux mois, budget oblige, mais j'achète le café, le thé, le sucre, etc équitable en supermarché, voir à leader price pour les
pates, le liquide vaisselle bio, etc. Et je trie mes petites poubelles, et comme nous sommes 6 à la maison, ça en fait du déchet en moins dans les poubelles classiques !!